L’inventaire GRIP

Dans l’inventaire GRIP , il faut d’abord entrer les données nationales dans les champs «rouges» : production et consommation d’énergie, process industriels, déchets , agriculture et sous catégories correspondantes: Ces données existent pour tous les pays, principalement à travers les statistiques de UNFCCC. GRIP calcule  alors l’inventaire régional des émissions  de gaz à effet de serre.



On peut rendre l’inventaire plus précis si l’on dispose de données régionales, que l’on insère alors dans les champs « verts » Ces données peuvent être trouvées dans Eurostat, ou bien EPER qui ont identifié plus de 50 000 sources de pollution. Dans près de 60 sous catégories, on peut identifier ces sources, les agréger et les inclure dans l’inventaire GRIP
Enfin, on peut encore optimiser les données de base avec les sources d’information spécifiques produites dans la région concernée.

En ce qui concerne la production d’énergie, GRIP n’utilise que les données nationales  rapportées à la population régionale car des statistiques basées sur l’énergie purement locale fausseraient l’inventaire.

L’inventaire du GRIP est la base pour l’outil de simulation des scénarios
Pour en savoir plus sur Inventory Tool.


L’outil de scénario de GRIP

Sur la première page de l’outil de scénario GRIP, on trouve la valeur ajoutée de l'économie régionale. Les 10 pages suivantes retracent la consommation régionale d’énergie dans les différents domaines : habitat, service, industrie, transports, industrie de l’énergie et production nationale de l’énergie. 



Dans chaque rubrique, des sous menus distinguent la production et la consommation d’énergie. On peut insérer des hypothèses de croissance de la valeur ajoutée.

Pour tester les scénarios, on peut moduler les données concernant l’efficacité énergétique, la consommation d’énergie et la proportion d’énergie renouvelable: L’impact sur le bilan des émissions  de gaz à effet de serre apparaît alors dans un encadré dans le côté supérieur gauche de la page.

L’équipe scientifique corrige en continu les hypothèses irréalistes (par ex une production régionale d’énergie à partir de la biomasse supérieure aux capacités régionales).

Le scénario visualise les potentiels de réduction de  CO2 et les rend compréhensibles: il permet de confirmer ou d’infirmer des hypothèses ou des idées reçues. Il aide à formuler une stratégie consensuelle de réduction des gaz à effet de serre.

Pour en savoir plus Scenario Tool (en ligne l’exemple de Glasgow).